« Début de quinquennat : alors, on change quoi ? »

Le Snitem a proposé, à l’occasion de son Assemblée générale du 27 juin, une table ronde sur le thème « Début de quinquennat : alors, on change quoi ? » Animée par Bruno Rougier, journaliste à France Info, elle a réuni, comme chaque année, quatre invités de choix : Claude Evin, avocat et ancien ministre de la Santé, Nicolas Bouzou, économiste, le Pr Corinne Vons, chirurgien, et Jean-Pascal Hons-Olivier, membre de l’Association de défense et d’étude des personnes amputées (Adepa). Innovation, big data, territorialité… plusieurs pistes de réformes ont été synthétisées dans le Snitem info.

« Notre système de santé a été, ces cinq dernières années, marqué par la forte hausse des maladies chroniques. On parle de “transition épidémiologique“, note Claude Evin, avocat et ancien ministre de la Santé. Celle-ci implique aujourd’hui de faire évoluer l’organisation de l’offre de soins et de placer la notion de parcours de soins, de parcours de santé, au cœur du débat public. »

Face aux inégalités sociales et territoriales de santé, M. Evin insiste par ailleurs sur « la nécessité d’organiser l’offre de soins de manière à apporter des réponses territoriales à la population ». La mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) constitue selon lui une première étape. Il appelle toutefois à la création de véritables « projets territoriaux de santé », établis en fonction des spécificités épidémiologiques et organisationnelles de chaque territoire, au sein desquels l’ensemble des acteurs locaux seraient impliqués (professionnels de santé, collectivités…). Cette (ré)organisation pourra s’appuyer sur l’innovation, pour faciliter le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi, y compris à distance, des patients.

L’innovation, technologique (esanté, objets connectés, organes artificiels, robotique etc) comme thérapeutique (traitement contre l’hépatite C, immunothérapie), a de fait été considérable ces derniers temps. « L’apport aux patients est indéniable, reconnaît Nicolas Bouzou, économiste. Cela pose toutefois des défis d’un point de vue économique. Aussi, la future politique de santé devra veiller à rendre l’innovation en santé accessible à tous. Cela nécessitera des réformes. »

Extrait de : Snitem Info, n° 207, été 2017