VIH : pourquoi faut-il faire attention à son alimentation ?

Un organisme affaibli par la maladie, quelle qu’elle soit, est une cible idéale pour les complications et autres maladies opportunes. Afin de ne pas sous-estimer le rôle d’une nutrition saine, le Docteur Jean-Michel Lecerf, nutritionniste et endocrinologue à l’Institut Pasteur de Lille, revient sur les déterminants et risques associés à des perturbations métaboliques.
Un sujet développé par le site Prévenir pour l’Avenir, édité par le laboratoire Janssen, à destination des patients, de leurs proches et des professionnels de santé.

Comportements positifs

En modifiant son alimentation, il est possible de réduire les complications. Cependant, comme les patients qui vivent avec le VIH font déjà face à de nombreuses contraintes au quotidien, il n’est donc pas toujours facile de changer leurs habitudes de vie. « Leurs professionnels de santé doivent les informer, les éduquer et les encourager à mieux s’alimenter pour réduire leur diabète, à faire de l’exercice physique ou encore à arrêter de fumer. Il y a toute une série de comportements positifs à retrouver », considère le nutritionniste.

Alimentation équilibrée

Pour éviter de prendre du poids notamment au niveau de l’abdomen, deux actions doivent être conjuguées : faire de l’exercice physique et réduire les calories. « Pour diminuer les calories, il faut réduire les quantités et mieux manger, résume le Dr Lecerf. Cela signifie consommer plus d’aliments protecteurs, bénéfiques donc adopter une alimentation type méditerranéenne car elle a fait ses preuves dans la prévention des risques cardio-vasculaires. » Légumes, poisson, bonne huile, aliments complets doivent devenir une habitude, tandis que la consommation de viande rouge et de sucre doit être réduite. « Les patients doivent adopter un comportement alimentaire plus naturel, écouter leurs sensations alimentaires, réduire les aliments inutiles et éviter les aliments manufacturés et transformés. » Mais l’idée n’est en aucun cas d’être au régime. « Il ne s’agit pas de créer un trouble pour en soigner un autre, met en garde le Dr Lecerf. Il faut rétablir un équilibre. »

Extrait de : « VIH : pourquoi faut-il faire attention à son alimentation ? », Prévenir pour l’avenir