Le stress, le comprendre… et s’en faire un allié ?

Le stress est une réalité qui touche toute les personnes. Et il n’épargne pas les IDEL, tant s’en faut. En novembre dernier des spécialistes de la question se sont retrouvés lors d’une conférence pour discuter du sujet, et affirmer que le meilleur moyen de combattre le stress est de l’avoir à ses côtés.
Avenir & Santé était là et relaie les réflexions et les conseils qui visent à expliquer comment utiliser le stress à juste mesure pour vivre une vie professionnelle et personnelle plus épanouie.

Pas assez de stress et c’est le bore out. Trop de stress et c’est le fameux burn-out, lequel ne survient pas brutalement mais, au contraire, s’installe progressivement. Lorsque le niveau de stress est trop important, on entre dans un état d’hyper stress. Si ce dernier est transitoire et ponctuel parce que généré par une situation extrême, il n’y a pas péril en la demeure. S’il devient chronique, l’hyper stress vire au burn-out, pathologie avec son lot d’effets délétères. Que trop d’IDEL connaissent pour les avoir endurés. […]

[…] les professionnels de santé sont parmi les plus perméable au stress, sui generis, ils ont tendance à le et à se négliger. « Les soignants sont largement dans le déni quand il s’agit d’observer leurs propres réactions au stress, assure le Docteur Légeron. Et refuser de pouvoir stresser, c’est s’interdire de trouver des solutions. » […]

Notre cerveau face au stress

En simplifiant, le cerveau se compose de trois grandes zones :

  • La structure postérieure qui nous protège en faisant office de garde du corps mais également en gérant la faim, la soif et la reproduction. Elle nous fait réagir de manière réflexe.
  • Le cerveau limbique qui fait office d’administrateur dans les situations de routine, par exemple quand on pense à autre chose qu’à ce que l’on est en train de faire, soit 80 % du temps. En outre, cet administrateur gère la mémoire et les relations sociales.
  • Le préfrontal qui est la partie créative du cerveau.

En cas de situation de stress, l’organisme met tout en œuvre pour améliorer la capacité de la personne à se défendre ou à fuir. Les autres fonctions deviennent alors inutiles. […]

Extrait de :  « Le stress, le comprendre… et s’en faire un allié ? », Avenir & Santé, n°470, pp. 31-32