Fake news : une menace pour la santé publique

Sujet majeur depuis quelques années, la prolifération des fake news concerne de plus en plus les affaires de santé. Des vaccins aux médecines alternatives en passant par les conseils nutritionnels, les thèmes frappés par les fausses informations sont divers. Un risque concret pour ceux qui ne s’informent que via les réseaux sociaux.
Le Chirurgien-dentiste de France, revue hebdomadaire professionnelle et syndicale éditée par Les Chirurgiens-dentistes de France (ex CNSD), revient sur les constats fait lors d’une table ronde organisée sur ce thème le 31 janvier 2019 à l’Université Paris-Descartes.

Pseudo-sciences

Les fake news peuvent avoir des sources diverses, analyse le Pr Fisher. « Elles peuvent provenir des scientifiques eux-mêmes, qu’elles soient issues d’un travail scientifique de mauvaise qualité ou délibérément inventées », pointe-t-il. Et de rappeler l’exemple du chirurgien britannique Andrew Wakefield qui, en 1998, a publié un article dans la revue médicale The Lancet faisant un lien entre une forme d’autisme chez l’enfant et la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR). Il n’avait toutefois observé que douze patients, sans faire de comparaison avec des enfants en bonne santé (un groupe « contrôle », qui aurait permis de mettre ses résultats en perspective).

Les conséquences ont été « catastrophiques », déplore le professeur, avec une « baisse significative » de la vaccination des enfants en âge de l’être au Royaume-Uni. La France n’a pas été épargnée et, conséquence, une épidémie de rougeole a été constatée entre 2008 et 2015, avec plus de 25 000 personnes touchées, 5 000 hospitalisations et une vingtaine de décès. Cette maladie avait pourtant presque disparue dans l’Hexagone…

[…]

Un phénomène en hausse

Ces dérives inquiétantes dans le secteur de la santé sont en hausse. « À l’heure actuelle, 46 % des signalements reçus par la Miviludes concernent la santé, contre 20 % en 2010 », chiffre Serge Blisko. C’est notamment pour cette raison que, lors de ses vœux à l’Ordre des médecins en janvier 2018, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a estimé que « la bataille contre les fake news est essentielle pour la santé publique » et a appelé les professionnels de santé à se poser en « ambassadeurs de la science et du rationnel » face à la pensée magique et au retour d’un certain obscurantisme. C’est aussi « la mission de l’Université de faire progresser la Science, de former ses étudiants à la démarche scientifique et à l’esprit critique et de contribuer à diffuser la connaissance scientifique établie auprès du public », conclut Frédéric Dardel, Président de l’Université Paris Descartes.