Sophia Diabète : Les chirurgiens-dentistes ont toute leur place dans le dispositif

Le dispositif Sophia, à destination des patients diabétiques, a pour objectif d’aider ces derniers à mieux comprendre leur maladie et son traitement, au travers de courriers, revues, fiches ou site de coaching en ligne. Le Chirurgien-dentiste de France, le journal hebdomadaire des Chirurgiens-dentistes de France (CDF), évoque dans son numéro le rôle primordial des chirurgiens-dentistes dans l’accompagnement des diabétiques, et questionne comment mieux les inclure dans Sophia.

Pour que les patients ne se sentent plus seuls

Une fois le diagnostic posé par le médecin, une fois rentré chez lui, la personne diabétique risque de se retrouver seule avec sa maladie. Sophia permet donc de créer et fédérer une communauté de patients afin qu’ils se sentent moins isolés. « Un tel dispositif à la fois d’accompagnement et d’information ne peut qu’être bénéfique, comme le souligne le Docteur Isabelle Vollmer. Auparavant, l’attitude générale face à un patient diabétique consistait à lui interdire le sucre et à lui prescrire un traitement. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec la manière de prendre en charge les maladies chroniques pour bien vivre au quotidien. Il est donc nécessaire de l’accompagner avec des outils concrets (fiches recettes, conseils etc.) car le diabète a une incidence sur tous les aspects du corps et de la vie quotidienne. »

Le dispositif Sophia vient en soutien et en complément du médecin traitant, en accompagnant les patients notamment pour les motiver à effectuer les examens recommandés, un certain nombre d’entre eux ne les réalisant pas.

Les chirurgiens-dentistes en première ligne

Dans cette démarche, le chirurgien-dentiste peut jouer un rôle essentiel, l’examen dentaire faisant partie des sept examens recommandés. « Le chirurgien-dentiste connaît bien son patient médicalement et, lorsque celui-ci est connu comme diabétique, il peut lui expliquer le lien entre diabète, cavité buccale et parodonte, le diabète fragilisant les tissus de soutien, ajoute Isabelle Vollmer. Mais cela va dans les deux sens, une inflammation du parodonte pouvant entretenir ou aggraver le diabète. » Il peut même être à l’initiative de la découverte ou d’un dépistage du diabète, en constatant par exemple un retard de cicatrisation, une inflammation ou une infection des gencives. […]

Extrait de : « Sophia diabète : Les chirurgiens-dentistes ont toute leur place dans le dispositif », Le Chirurgien-dentiste de France, n°1842-1843 du 25 avril-2 mai 2019, pp. 29-31